alt

Architecture et pandémie: Quand l’inattendu nous force à changer

category

événements Sin categorizar

author

Rosal Stones

« Je pense que les non que vous recevez vous rendent plus persévérant. J’aurais pu jeter l’éponge, mais je ne l’ai pas fait parce que je savais qu’il y avait tant de choses à exhumer, à découvrir. J’ai interprété chaque non comme un continue, un défi. »

ZAHA HADID (Bagdad 1950 – Miami 2016)

Prix d’architecture Pritzker

 

Soudain, comme une énorme vague d’air qui apporte l’inconnu, nous sommes confrontés à cette circonstance non vitale qui nous oblige à étudier notre environnement.

Et il semble que tout se dédouble, devenant de plus en plus imperméable à nos réponses.

Nous ne sommes plus qui nous étions. Et nous ne sommes dans nos maisons que depuis quelques jours. Ces maisons que nous avons considérées, dans bien des cas, comme un endroit sûr où, heureusement, rien ne nous arriverait jamais.

Mais les circonstances ont changé et nous devons nous demander ce qu’il faut faire face à cette nouvelle réalité.

D’un simple « endroit où dormir », nos maisons sont devenues l’espace où nous passons toutes nos journées. Et cela nous impose une vision différente.

Pour une raison simple : nous avons déjà examiné plus en profondeur les détails et les choses qui nous semblaient être en ordre lorsqu’ils étaient placés là. Ou peut-être pas. Mais nous avons remis à plus tard les changements, sans jamais les concrétiser.

Les architectes ont déjà commencé à considérer que cela entraînerait des modifications importantes. Et, de plus, cet ordre interne qui nous faisait tant défaut commence à émerger.

Les photos d’amis qui disent n’avoir jamais eu leur maison ou leurs placards aussi bien rangés commencent à arriver sur les réseaux sociaux.

Mais ces petits travaux sont relégués au second plan alors que le virus Covid-19 se propage à une vitesse fulgurante. Et notre maison n’est plus cet environnement protecteur, car, en raison de besoins urgents, nous nous rendons compte que nous devrons concevoir un monde différent.

Une planète se meut par vagues et elle ne sera plus jamais la même. Les rassemblements sociaux, les manifestations, les foules, la recherche de lieux frais et tranquilles… la communauté où nous nous déplaçons et les grands espaces de réunion, les hôtels, les salles de congrès, les aéroports…

 

Des hôpitaux et des immeubles de bureaux, de grandes entreprises qui érigent des structures de plus en plus hautes avec des technologies plus nombreuses et plus performantes.

Rien ne sera plus comme avant. Et nous non plus.

Au début du XXe siècle, un grand incendie a détruit San Francisco. Et puis, la ville a été reconstruite, plus moderne et efficace.

Haussman a reconfiguré Paris au XIXe siècle et avec cette énorme réforme urbaine, il a préparé la ville aux épidémies de peste ou de choléra.

La ville de Londres a été restructurée après l’épidémie de choléra de 1954, et New York s’est également adaptée aux exigences des temps à venir.

Ce qui se passe actuellement est apocalyptique, au sens « avant et après ».

Et nous ne mesurons pas encore toutes les conséquences de cette pandémie. Mais une chose est sûre. Nos maisons doivent déjà suivre un design différent. Et nos lieux de travail, et les lieux de rencontre où de nombreuses personnes sont censées se retrouver dans des espaces fermés.

Il est déjà impensable d’avoir un logement indigne et misérable. Il y en a eu, et il y en a encore. Mais cela devrait être modifié à partir d’un énorme plan directeur au niveau des grandes puissances.

Si ceux d’entre nous qui vivent dans des logements décents doivent repenser leur mode de vie, les États doivent nécessairement être préparés à une autre éventualité comme celle-ci et garantir à chaque personne un endroit décent où vivre.

 

Les technologies et leur avenir

 

Les technologies sont imposées, mais elles ont aussi généré des « bâtiments malades », où les employés ont été soumis à des pathologies impensables en d’autres temps.

Et ce sont ces mêmes technologies, qui progressent sans nous donner le temps de réfléchir, qui se sont arrêtées à l’heure actuelle. Elles semblent être suspendues dans le temps. Le Covid-19 les a ralenties.

Ainsi, dans la recherche d’une architecture « qui nous sauve », de nombreux professionnels ont déjà commencé à dessiner les zones de rencontre du futur.

On parle de concentration isolée, de zones productives informelles (les anti-bureaux), de télétravail, et de bien d’autres options pour réduire au maximum les risques liés à ces sites qui étaient jusqu’à présent nos références.

Cela rendra le travail virtuel plus utilisé et nous travaillerons à domicile.

C’est peut-être l’un des changements formels et fonctionnels qui nous obligent le plus à modifier notre environnement quotidien.

Nous serons plus souvent chez nous, ce qui nous obligera à créer des espaces plus accessibles, mais aussi plus intimes pour notre travail.

Et dans chaque maison, ou lieu de rencontre, nous devrons être plus proactifs face à une éventuelle contagion par de nouvelles souches de virus inconnus qui apparaîtront sans avertissement.

Peut-être que l’utilisation de la voix, ou de l’iris, ou du téléphone portable lui-même, deviendra une condition indispensable pour se déplacer dans chaque espace sans toucher les objets qui pourraient être infectés.

Nous vivrons dans un monde encore plus automatique que celui que nous avons déjà. Nous devrons nous désinfecter avec de plus en plus d’éléments avant d’entrer dans notre maison, nous effectuerons des achats en ligne beaucoup souvent plus que maintenant…

Un monde après la pandémie.

Les gens après la pandémie.

Nos maisons après la pandémie.

Et l’architecture, nouvelle et en même temps répétée avec des technologies avancées, après la pandémie.

Au début de l’article, il y a une phrase de Zaha Hadid, un architecte qui a dû lutter contre toutes les adversités. Mais ce qu’il a dit est la plus juste réflexion pour cette période terrible que nous devons vivre comme si c’était de la science-fiction : tous les NON que nous recevons doivent nous pousser à aller de l’avant.

Et c’est pour cette raison que nous sommes ici. Redoubler d’efforts et améliorer l’ensemble de notre environnement. Une architecture en échec face à cette pandémie qui semble sans fin.

Et le plus grand espoir : ceux qui le savent y travaillent déjà et préparent leurs réponses pour le moment où tout cela sera terminé.

 

By Beatriz A.C.

Image: Zaha Hadid Architects/Design Boom

Leave a comment

ROSAL STONES BLOG

Le blog est spécialisé dans les grès naturels et les calcaires, pour le pavage et le revêtement extérieur et intérieur, ainsi que pour la décoration et la construction massive.