alt

Récupérer la mémoire avec les pionniers de la construction massive

category

Cultura Mediterránea Piedra Natural

author

Rosal Stones

Juan Fernández, pionnier de la construction massive, nous a invités à visiter sa maison. Sa construction termina en 1991 et il y vit depuis avec sa famille.

Cette maison a été la première, bien sûr à l’exception des monuments historiques, réalisée en pierres massives de notre municipalité, probablement de la région de Murcie et peut-être même d’Espagne si l’on exclut Can Lis, la maison construite par Jorn Utzon à Majorque dans les années 70.

Nous avons demandé à Juan ce qui l’a amené à travailler ce type de construction, aujourd’hui considéré comme novateur, et il nous a raconté qu’il avait vécu toute sa vie dans une maison en pierre, la maison de ses parents construite avec d’anciennes dalles en pierre recueillies dans les cultures en terrasses pour améliorer les terres agricoles. Cette maison, avec des murs de 50 cm d’épaisseur, avait accueilli sa famille pendant de nombreuses années et il ne voulait pas la perdre, mais à ce moment-là c’était difficile de trouver des pierres de ce type en quantité suffisante, la coutume à cette époque étant de les broyer à d’autres fins … Il connaissait notre entreprise car elle se trouve précisément entre le village de ses parents et la ville de Caravaca et il pensait qu’il trouverait peut-être ce qu’il cherchait chez nous. C’est ainsi que nous, à cette époque mon père, avons pu lui fournir des pierres de taille de différentes dimensions pour la construction de la maison.

Il fit part de son problème à son ami et architecte Miguel Angel Blanco, alors directeur de l’école des arts et métiers de Caravaca, aujourd’hui disparue, qui comprit parfaitement son idée et ils réalisèrent ensemble le projet. Avec Miguel Romera, un ami maître maçon, ils démarrèrent tous les trois et achevèrent avec succès le projet.

La maison a été construite sur deux étages en profitant de la pente du terrain. Les murs en pierre de taille de 40 cm d’épaisseur ont servi de murs extérieurs et de murs porteurs, ainsi que pour une partie des terrasses reliées par du béton maigre coloré avec de la poussière de pierre (dans la plupart des cas) placé avec un chariot élévateur. Le béton a été utilisé uniquement pour les planchers et les piliers qui fixent les toits et les avant-toits. La toiture a été réalisée avec des tuiles canal récupérées sur d’autres constructions. À l’intérieur de la maison, ils ont laissé certaines parties de pierre apparente, comme les linteaux, mais en général ils ont utilisés de la brique creuse et du plâtre, afin d’encastrer les installations. Les fenêtres sont en bois avec un verre unique et des volets. Si on devait les restaurer, nous installerions un double vitrage mais ce n’est pas non plus indispensable. La peinture n’est pas synthétique, afin de laisser « travailler le mur », commente Juan. Ils ont d’abord peint avec de la tempera, mais quand ils ont dû nettoyer les peintures de leurs enfants, sa femme nous commente qu’ils ont effacé une grande partie de celle-ci … Ils ont depuis utilisé une peinture spéciale pour la restauration.

Juan nous a expliqué que l’aile a été construite pour profiter un maximum du soleil en hiver et pour minimiser l’exposition en été et qu’ils disposaient de fenêtres communicantes pour favoriser les courants d’air nord-est et sud-est pour affronter la chaleur de l’été.

Après près de 30 ans dans cette maison, lui et son épouse nous font part de leur expérience de vivre dans cette maison en pierres massives et nous confirment que c’est un privilège. Elle est chaude en hiver et fraîche en été. En hiver, ils n’utilisent pour se chauffer qu’une chaudière à biomasse et en été rien ! Au rez-de-chaussée, avec des murs à même la terre et sans fenêtres, il fait même frais si vous y dormez en été, nous commentent-ils, et au premier étage, lorsque les températures extérieures oscillent autour de 35-40 degrés, à l’intérieur de la maison, avec les fenêtres fermées, une température d’environ 25 degrés est maintenue, idéale au quotidien et la nuit entre les terrasses et les légers courants d’air, c’est très agréable. « Cette maison est vraiment bioclimatique ! » affirme-t-il.

 

Au cours de ces trente dernières années, ils n’ont pas eu à entretenir la pierre, ni à effectuer de travaux à cet égard et les deux apprécient le rendu initial et son évolution au fil du temps « c’est une belle maison, elle nous plaît autant maintenant qu’avant ».

Enfin, Juan me raconte quelque chose dont nous n’avons pas parlé et qui est très significatif : « dans une construction en pierre, on entend le silence ».

Après avoir quitté cette maison familiale, je me demande d’où est venue à Juan cette inspiration, cette prémonition de la façon de construire pour créer un avenir meilleur, et je retourne dans le passé, à l’époque où je l’ai rencontré. Juan est professeur et précurseur de la Fiesta de las Cuadrillas à Baranda, son village et également celui de mes grands-parents maternels. Pendant ces fêtes, avaient lieu dans les années 80 des journées d’éducation auxquelles il a sans doute participé et dont je me souviens d’une chose importante : il fallait « récupérer la mémoire » celle qui avait été perdue dans la seconde moitié du XXe siècle avec l’ère moderne. En ce qui concerne les constructions, les nouveaux matériaux de construction ont oublié la qualité de vie des années précédentes. Et c’est ce que Juan a fait. Il a récupéré sa mémoire, et il a probablement continué à la récupérer dans le silence que l’on entend dans sa maison en pierre.

Ces journées ont servi de base à la réforme de l’éducation qui aurait lieu en Espagne quelques années plus tard et qui, entre autres, a modifié la façon d’apprendre à lire et à écrire en commençant l’enseignement avec des contes, en reconnaissant les titres complets, puis leurs différentes parties, mots et lettres. Il n’était pas indispensable de connaître la composition des mots, mais plutôt leur histoire et leur signification, leur sens, pour laisser le temps de comprendre, de ressentir, de remplir la mémoire de sensations et de souvenirs, d’idées et de récréations propres, qui allaient plus tard s’exprimer dans le code de communication classique, comme l’architecture. John avait rempli sa mémoire de sensations et ces souvenirs l’ont amené à recréer aux côtés de ses amis, architecte et constructeur, le projet de construction qui fut sa maison grâce à un nouveau langage architectural.

La pierre nous offre cette chance, par son silence, par sa mémoire, par sa polyvalence, par sa nature même, et elle continue de nous offrir cette chance à partir des critères les plus exigeants de durabilité sociale, économique et environnementale.

 

Catalina Sanchez Robles

Rosal Stones CEO

Leave a comment

ROSAL STONES BLOG

Le blog est spécialisé dans les grès naturels et les calcaires, pour le pavage et le revêtement extérieur et intérieur, ainsi que pour la décoration et la construction massive.